Les différentes formes galéniques des plantes médicinales


Pour les plantes médicinales, les différentes formes galéniques disponibles dans les pharmacies et herboristeries sont les tisanes, les poudres, les extraits, les teintures, les alcoolatures, les alcoolats, les intraits, les huiles essentielles, les eaux distillées ou hydrolats, les SIPF (suspensions intégrales de plantes fraîches.

Les tisanes sont obtenues par macération, digestion, infusion ou décoction en utilisant de l’eau.

Les poudres sont préparées par pulvérisation suivie d’un tamisage et entrent directement dans la composition des gélules mais aussi dans la fabrication des extraits et des teintures.

Les extraits sont obtenus en traitant la plante dans une solution vaporisable (éther, eau, alcool,…) par divers procédés d’extraction (macération, digestion, infusion, lixiviation) puis en évaporant ces solutions jusqu’à obtenir une consistance fluide, molle ou sèche. On obtient des extraits secs, des extraits mous, des extraits fluides, des extraits hydro-alcooliques.

Les teintures sont obtenues à partir de poudres végétales sèches et leur titre alcoolique varie selon le type de drogue. Il peut être à 60° (principes actifs très solubles), à 70, 80 ou 90° (ex. produits résineux et huiles volatiles)

Les alcoolatures sont des teintures préparées avec des plantes fraîches n’ayant donc pas subi les effets de la dessiccation.

Les alcoolats sont obtenus par distillation des principes volatils de substances végétales au contact de l’alcool. Ils sont toujours incolores et inaltérables mais il faut les conserver dans des flacons bien bouchés.

Les intraits concernent les plantes dont on craint, qu’après leur récolte et par l’action de nombreuses réactions chimiques, les principes actifs contenus dans le végétal ne se trouvent transformés, ou même détruits.

  • Pour éviter ce phénomène, on fixe les principes naturels existants, après la cueillette, par des vapeurs d’eau chaude qui tuent tous les ferments, cause de ces modifications.
  •  Après traitement de ces plantes ainsi stabilisées et après évaporation, il restera un produit extractif, le plus souvent soluble, aussi bien dans l’eau que dans l’alcool à faible titre.
  •  C’est ce produit, débarrassé de toutes matières thérapeutiquement inactives (substances inertes, chlorophylle et ferments), qui sera finalement exploité après mise en solution, sous le nom d’intrait.

Les Huiles Essentielles se présentes sous forme solide, elles sont aussi appelées camphres d’essences, ou sous forme liquide (naturelle ou après dissolution). Elles s’obtiennent par entraînement à la vapeur d’eau ou par expression ou par incision. On les classe selon leur couleur (bleu, jaune, vert brun ou incolore) ou leur composition chimique (hydrocarburées, sulfurées et oxygénées pour les solides).

Les eaux distillées ou hydrolats sont obtenues par distillation (avec l’eau) de poudre de plantes ou des parties de ces plantes (fleurs, sommités fleuries). Les eaux distillées ou hydrolats sont très odoriférantes parce que les huiles essentielles se trouvent en suspension dans l’eau.

Pour les SIPF (suspensions intégrales de plantes fraîches), l’intégralité de la drogue est préservée grâce à un procédé de conservation par le froid, puis de mise en microsuspension dans un hydroalcoolique qui permet un blocage transitoire des réactions enzymatiques (rétablies au moment de l’emploi en diluant dans de l’eau). leurs variants les phytostandards, sont aussi des suspensions mais cette fois-ci dans l’alcool

Il existe d’autres préparations phytothérapiques à base de plantes : les sirops, les sucs aqueux ou herbacés, les pommades, les gels, les lotions, les élixirs, les oenolés et, bien sûr, des cataplasmes, des suppositoires, des décoctions, des cigarettes médicinales, etc…

On peut également citer d’autres préparations galéniques issues d’autres thérapeutiques, c’est-à-dire :

  • les macérats glycérinés, tous d’origine végétale et qui résultent de l’action dissolvante de la glycérine diluée sur des tissus végétaux en pleine croissance : bourgeons, jeunes pousses, radicelles, écorces de tige ou de racine, semences, chatons et même glands.
  • une grande partie des teintures mères puisque dans leur immense majorité celles-ci  sont préparées à partir de plantes fraîches et avec de l’alcool à 65° et sont, notamment, très utilisées en phytothérapie de drainage….

N’hésitez pas à me contacter : Anne-Marie Debien 06.65.49.99.39